Trêve estivale

Que boire pendant les vacances ?

 

Je sais, 15 jours de silence c’est un peu long, mais j’ai moi aussi sacrifié aux vacances. Je suis allée faire un tour en Normandie. Autant vous dire que ce furent des vacances pour mon nez aussi, car du point de vue viticole la région n’est pas encombrée !!! Je pressens toutefois une bonne raison à cela, la vigne ne doit pas supporter le climat normand !!!

 

Du coup, on a testé les breuvages locaux ! Alors de la pomme, de la pomme et de la pomme !!! Dans tous ses états (quoi que….ce fut toujours  liquide 🙂 ):  jus de pomme, cidre, pommeau ou calvados. (On a quand même goûté la tarte normande à la pomme…. euh ! arrosée de calva !)

 

Bon, au risque d’irriter un ami normand (assez chatouilleux au niveau de la Manche !) ça reste de la pomme et quand on a été élevée au raisin on ressent très vite le fossé culturel 🙂

 

Mais, beaux joueurs on a bu local (on avait quand même emporté quelques bouteilles de Collioure dans les bagages au cas où !!!) et il faut bien admettre que c’est vachement bon !!! (Humour normand !)

 

Intriguée  par cette soudaine passion « pommiesque » je me suis  penchée sur la fabrication de ces boissons en interrogeant Mister Cidro, fermier de son état.

 

– Oh grand Maître de la pomme, comment fait-on cette boisson délicieusement pétillante que l’on nomme Cidre ?

– Au choix de la pomme tu t’attacheras, me répondit-il !

 

La suite, empreinte d’un léger accent, fut totalement incompréhensible à mon oreille catalane:-). Après quelques investigations auprès d’un normand qui avait eu l’occasion de parcourir nos plaines et coteaux viticoles,  voici ce que j’ai appris :

 

Les pommes à cidre

 

Les pommes à cidre (il en existe plusieurs, les douces, douces amères, acides et aigres, qu’il faut mélanger pour obtenir un bon cidre) sont broyées avant d’être pressées en intercalant un lit de foin et un lit de pommes broyées. Quand il y a suffisamment de couches de pommes et de foin, on descend la presse et le jus commence à s’extraire.

 

Une fois le jus extrait il se met très vite à fermenter et est entreposé dans une cuve pendant quelques jours : c’est la clarification. Les impuretés remontées à la surface dans « le chapeau brun », on soutire le cidre purifié, on le met ensuite en fût  pour une durée de deux à cinq mois. Lorsque le cidre est assez fermenté (entre 5° et 6°) et stabilisé, on peut le mettre en bouteille. Sa fermentation se poursuivra dans la bouteille où il se créera une prise de mousse naturelle.

 

Le Calvados

 

On réalise le Calvados à partir du cidre fermenté qui sera distillé dans un alambic. Deux techniques peuvent être utilisées :

 

La double distillation* pour l’AOC Calvados « Pays d’Auge »: une première chauffe du cidre pour atteindre les 30°, puis la seconde chauffe de distillation pour obtenir  un maximum de 72°, dans un alambic à repasse.

 

La distillation simple* pour l’AOC Calvados, à partir d’un alambic à colonnes qui distille en continu et fournit directement l’eau de vie à 72°. Le vieillissement se fait en fût de chêne, au minimum deux ans. Le Calvados doit titrer entre 40° et 45° pour pouvoir être commercialisé.

 

Le pommeau est fabriqué en mélangeant du jus de pomme et du Calvados. Ce mélange, qui ne pourra excéder  18° degré d’alcool, est  versé dans des fûts de chêne pour y reposer pendant 2 ans. On filtre ensuite le pommeau avant la mise en bouteille. Il se sert en apéritif et bénéficie de l’AOC Pommeau de Normandie.

 

Voilà les filles, un récit de vacances  qui vous donnera peut-être envie de revoir ma Normandie !!!

 

 

*Nous analyserons les principes de la distillation plus en détail dans un autre chapitre !

1Commentaire
  • Patricia

    16 août 2015 à 09:51 Répondre

    ça me rappelle ce film culte …….les tontons flingueurs !!
    – ça a un goût de pomme ?!!
    – Y en a !!

Poster un commentaire